Peepshow dans les Alpes (création 2000)

visuelde Markus Köbeli

traduction de l’allemand Jean Launay

mise en scène et scénographie Jacques David

éclairage Philippe Lacombe

costumes Chantal Hocdé

 

avec

Yves Arnault ou Henri Boyer, Hans

Eric Cénat, l’Ordonnateur

Dominique Jacquet, Martha

Karin Palmieri, Anna

Pierre Tessier, Hans Junior

Ce spectacle a bénéficié du soutien de THECIF (aide à la reprise), de la DRAC (aide à la reprise), de la Ville de Paris et d’un partenariat avec le Ministère de l’Agriculture

Editions Théâtrales / Centre Culturel Suisse – Paris

Il a été joué aussi bien à Paris (L’étoile du nord 30 représentations au printemps 2000) qu’en Ile de France, en Régions et à l’étranger, il est inscrit au catalogue d’ACTE 91.

 

Entre la vallée et les montagnes enneigées, devenues station de ski, il y a la ferme des Holzer. Le Grand-Père, Hans le Père, Martha la mère, Hans Junior le fils et Anna la fille, s’efforcent de maintenir en vie leur exploitation agricole. Ils produisent bien quelques litres de lait, mais l’argent manque. Les cars de touristes grimpent vers les sommets…

Las d’être spectateurs des richesses qui passent, les Holzer, après avoir vendu le pétrin et le rouet, décident de commercialiser leur « environnement intact ». Ils deviennent les acteurs de leur propre vie. De mèche avec M. Hugentobler, transporteur de métier, ils organisent un « arrêt pipi » avec attraction : les gens, moyennant quelque argent, peuvent voir, par les fenêtres de la ferme, vivre une famille paysanne typique. Les Holzer commencent à répéter leur vie quotidienne à la ferme. Scène après scène, le théâtre de leurs relations les révèle à eux mêmes. Sous les mascarades burlesques gronde la tourmente des frustrations. Néanmoins le « peepshow » est un succès et l’argent ne manque plus. Le rythme des peepshow s’accélère et les Holzer se font remplacer par des travailleurs immigrés qui miment l’action sur une bande-son.

L’argent passe, les problèmes subsistent, les Holzer s’en vont. Seul, reste le Grand Père, muet sur son fauteuil. Il reste, dans cette ferme qui n’avait qu’un seul défaut : avoir, entre la terre et le ciel… quatre vaches !

dossier peepshow


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s