— enfance — piège à adultes, questions à Michel Foucault (création 2004)

Foucault

Adapté des Anormaux, cours au collège de France 1974 – 1975 de Michel Foucault par Jacques David et Bertrand Ogilvie (psychanalyste  et professeur de philosophie à Paris X Nanterre)

Présenté dans le cadre des Rencontres à la Cartoucherie juin 2004 et repris à Lilas en Scène, à l’Atelier du Plateau, et à la Scène Nationale de Poitiers en partenariat avc l’Université

 

Un Philosophe d’aujourd’hui, Bertrand Ogilvie, questionne sur scène, Michel Foucault. Michel Foucault n’est pas tout à fait là pour lui répondre mais il est là quand même, représenté par dix comédiens, qui interprètent les entités sociales, (gendarme, maire, parents, criminel, médecin, psychiatre, etc…). ou mieux encore, ils sont là sous la forme de personnages historiques qui ont été, par leurs actes, et surtout par leurs énoncés, par leur manière de dire, les agents plus ou moins volontaires de toute une histoire qui mène jusqu’à nous et qui continue à produire ses effets.

Un aller retour de textes entre ceux de Bertrand Ogilvie, et ceux de Michel Foucault, un frottement de concept, d’où surgi une théâtralité, et qui donne à lire la pensée, non plus par l’intellect, mais par le sensible.

un théâtre contemporain pour une philosophie contemporaine

Le théâtre, la dramaturgie, même si elle est fiction, seront toujours l’expression d’un temps, d’une époque. C’est là le questionnement qui anime mes créations depuis quelques années, à savoir : comment le social, l’événement politique peuvent bouleverser l’intime, l’être au plus profond de soi. Cet “intime/social”, je propose de le mettre en lecture : remettre en parole les cours donnés par Michel Foucault au Collège de France en 1975, réunis sous le titre “ LES ANORMAUX ” (collection Hautes Etudes aux éditions Gallimard – Seuil). Un philosophe, Bertrand Ogilvie, est sur scène. Il interrogera Foucault à travers son texte, pris en charge par les comédiens, aller-retour de « questions/réponses » auxquelles le public pourra s’associer.  Jacques David

La pointe extrême de l’analyse de Foucault consiste dans le repérage de l’enfance comme point de focalisation d’une nouvelle constellation normative. Dans sa polysémie et son ambivalence, l’enfance est tout à la fois trésor à protéger, pierre de touche, aune d’innocence et de moralité, cible privilégiée, symbole de régression ou de fixation toujours possibles, et en fin de compte réservoir de perversité. Dans ce glissement des modalités de l’expérience et de la perception, dans ce tournant littéralement « esthétique », Foucault trace un portrait saisissant d’une configuration qui est plus que jamais la nôtre, d’un scénario dominé par l’expert, l’enfant et le psychopathe. C’est bien un « style » particulier que celui d’une individualité historique qui se « subjective » au travers de la sensibilité à une vision du monde, de l’existence sociale, dominée avant tout par l’éventualité du surgissement et de la répétition d’un tel scénario. Or la puissance des formules foucaldiennes qui rendent compte de ce tournant, le déchiffrent et le racontent, ne vient pas d’une écriture particulièrement travaillée à laquelle il avait renoncé depuis longtemps, mais d’une écoute patiente et attentive des nombreuses archives qu’il avait su exhumer de la poussière et faire parler. En d’autres termes elle vient d’une expérience, plus précisément de l’expérience d’une expérience, c’est-à-dire de l’effet produit sur lui (sur sa perception de dimensions souvent jusque-là méconnues) par des expériences elles-mêmes racontées et archivées, exprimant de profonds déplacements de sensibilité. D’où deux conséquences majeures. D’une part la théâtralité de la langue de Foucault, sa puissance d’évocation , de porte-voix, de porte parole, son aptitude rare à donner la parole à ceux qui ne l’ont pas (il faut se souvenir de son projet d’écrire une « vie des hommes infâmes »), sa musicalité propre qui n’était pas celle d’un compositeur mais d’un écouteur des mots cachés sous les mots et des refrains récurrents provenant des marges de l’existence « normale ». D’autre part le fait que son « style » n’est pas imitable, qu’il ne peut se répéter ni faire école : car la moindre de ses phrases nous engage à « aller y voir » et à ouvrir à notre tour nos propres cartons d’archives pour comprendre la structure de notre présent. L’analyste des normes avait trouvé un style qui était aux antipodes de la normativité.  Bertrand Ogilvie

dossier foucault


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s